Aujourd'hui,
URGENT
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 

SOCIETE

La France annonce la libération de quatre otages dont les deux Français enlevés au Bénin, une citoyenne nord-américaine et une Sud-Coréenne. Deux militaires français auraient été tués lors de l’opération qui a eu lieu au Burkina Faso.

La présidence française a annoncé dans un communiqué ce vendredi 10 mai 2019 la libération de quatre otages au Sahel dont les deux Français enlevés le 1er mai dernier au Bénin, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas.

Les deux autres otages libérés sont une citoyenne nord-américaine et une Sud-Coréenne. 

«Cette opération a été décidée après la localisation d'un campement suspect dans le nord du Burkina Faso, zone où l'activité des GAT est intense. L'assaut a été lancé dans la nuit de jeudi à vendredi, permettant la libération de quatre otages. Quatre ravisseurs ont été tués», précise lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr

L’opération qui a eu lieu dans le nord du Burkina Faso, selon l’Elysée, a coûté la vie à deux officiers mariniers membres du commandement des opérations spéciales.

Il s’agit du maître Cédric de Pierrepont et du maître Alain Bertoncello, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales. 

D’après le communiqué, le président français s’incline «avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires». Il a aussi remercié les autorités béninoises et burkinabè pour leur parfaite coopération et les assure de la volonté de la France de les aider dans leur lutte contre le terrorisme au Sahel. 

Il a également salué le «précieux soutien de l'allié américain dans la conduite de l'opération.» 

La ministre française des Armées, Florence Parly, a elle aussi félicité dans un communiqué l’ensemble des forces ayant mené cette opération complexe, ainsi que tous ceux qui y ont contribué. «Quatre vies ont été sauvées cette nuit, quatre vies entre les mains de terroristes», a-t-elle déclaré.

Avant d'avoir une pensée pour les deux militaires tombés lors des combats. «C’est avec émotion et tristesse que j’adresse mes pensées aux familles des deux militaires décédés, à leurs proches, à leurs frères d’armes et à l’ensemble des commandos marine», a-t-elle ajouté.

«L’action précise et déterminée des militaires français a permis de neutraliser les ravisseurs en préservant la vie des otages, au prix de la vie de nos deux camarades», a pour sa part souligné le chef d'état-major des armées françaises.

Le général d’armée François Lecointre a salué «l’engagement exemplaire des forces spéciales françaises qui, avec le concours direct de l’opération Barkhane, des forces armées burkinabé et le soutien en renseignement américain, ont libéré quatre otages de leurs ravisseurs terroristes».

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé