Aujourd'hui,
URGENT
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)
Madagascar: adoption d’une loi sur le recouvrement des avoirs illicites
G5 Sahel: l’Union européenne renouvelle son soutien à l’institution
Médias: le CSC dispose désormais d'un nouveau matériel de contrôle pour le monitoring
Soudan: vers une dissolution du Conseil militaire de transition

SOCIETE

Un homme est mort par balles alors qu’il tentait de se soustraire à un contrôle dans la nuit de dimanche à Ouagadougou. La police, dans un communiqué, donne des explications sur ce qui se serait passé. 

Les faits se seraient déroulés dans la nuit du dimanche 12 mai 2019, selon le communiqué. Un individu suspect a été aperçu par des éléments de l’Unité d’intervention polyvalente de la police nationale à hauteur des feux tricolores de IAM Ouaga 2000.

D’après la police, l’homme a refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers et a pris la fuite en se dirigeant vers l’échangeur de Ouaga 2000 où il s’introduit dans un caniveau couvert.

«Face à sa volonté manifeste d’échapper aux éléments, ceux-ci ont procédé à des tirs de sommation afin de l’obliger à sortir du caniveau. Malheureusement, il a été mortellement atteint. Le corps a été retiré du trou du caniveau et une enquête a été ouverte», précise le document. 

Une enquête qui sera peut-être compliquée par le fait que, selon le communiqué, l’individu ne détenait aucun document ou objet ou  permettant de l’identifier. 

Depuis 2016, la situation sécuritaire su Burkina Faso fait l’objet d’attaques de nature terroristes récurrentes.

Sa capitale Ouagadougou, a été frappée à trois reprises. Dans son communiqué, la police rappelle que la lutte contre l’insécurité est l’apanage de tous et invite la population à collaborer.  

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé