Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

Les récipiendaires du programme

SOCIETE

L’ambassade de France au Burkina a organisé ce vendredi 7 juin 2019 dans la soirée à la Ruche, une soirée de clôture du séminaire de formation « valoriser les résultats de la recherche » du projet Agricora (Agriculture et gestion des risques climatiques-outils de recherche en Afrique), qui s’est tenu du 3 au 7 juin à Ouagadougou. Au programme de cette soirée : discours, pitch, réseautage et cocktail dinatoire.

Le futur de l’Afrique de l’Ouest, son équilibre économique, politique et social dépendent de la capacité du secteur de l’agriculture à s’adapter pour garantir la sécurité alimentaire sous les pressions multiples comme le changement climatique et la croissance démographique. L’objectif principal du programme Agricora est de contribuer à l’élaboration d’outils efficaces de gestion du risque climatique pour l’agriculture en co-construisant des stratégies innovantes basées sur les résultats de la recherche avec des réseaux de chercheurs et acteurs directement impliqués dans l’accompagnement de l’agriculture.

Le programme Agricora a été mis en œuvre via des projets de recherche et de valorisation des connaissances dans le monde rural en Afrique de l’Ouest.  Un appel à projet a été lancé, et  3 projets ont été retenus. Et ces projets ont été proposés par des équipes provenant du Burkina Faso à savoir l’INERA, le WASKAL, l’Université Joseph Ki-Zerbo, l’Université Nazi Boni, sans oublier les équipes de recherches des autres pays.

M. Courtin Nicolas, deuxième conseiller de l’ambassade de France au Burkina s’est dit fier au nom de la représentation française au Burkina Faso de clôturer un programme qui a su montrer l’excellence des équipes burkinabè à mener des recherches internationales de haut niveau utiles pour le développement. Pour lui, « il existe une nécessité  de bien informer le public, pour rendre intelligible, pour rendre compréhensible dans un langage clair ces résultats de recherches et leur application dans le cadre des politiques données par l’Etat ».

Des projets innovants retenus

Chaque équipe est passée devant le public présenté en 180 secondes son projet. Les 3 projets retenus sont : APTE 21, ECO-FER-CLM et GENERIA.

APTE 21: est une application des prévisions climatiques et pratiques agricoles dans la traduction des évènements pluviométriques extrêmes du 21e siècle en zones inondables. L’objectif principal du projet APTE-21 est de traduire la forte variabilité pluviométrique intra-saisonnière en option de cultures intensives. Les évènements hydrométéorologiques extrêmes tels que les pluies intenses et les pauses pluviométriques seront exploités pour développer le potentiel intensif de l’exploitation familiale et minimiser l’impact négatif des risques climatiques.

ECO-FERT-CLM : C’est la gestion écologique de la fertilité des sols dans les agrosystèmes de polyculture élevage pour une agriculture intelligente face au climat. Le projet vise à concevoir des systèmes de polyculture-élevage plus productifs, adaptés aux changements climatiques et offrant des opportunités d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, en cherchant des voies de transition vers une intensification écologique adaptée à chaque situation étudiée par le projet.

GENERIA : C’est la gestion des nouveaux risques et des opportunités des terres inondables pour l’agriculture africaine. Le projet a pour objectifs d’évaluer les nouveaux risques et les opportunités liés au changement climatique pour la mise en valeur agricole des zones inondables, l’impact des politiques et les adaptations des exploitations agricoles et des communautés pour gagner en sécurité. L’ambition de ces recherches est de participer à l’orientation des politiques d’aménagement des plaines et bas-fonds inondables, et de co-construire avec les communautés rurales concernées, de nouvelles options d’adaptation.

Un quatrième projet a été présenté lors de cette soirée. Il s’agit de IFWA (Insect as feed in West Africa) qui est un projet innovant qui propose des solutions pour produire en masse des asticots pour les besoins de l’élevage des poulets locaux. Selon les concepteurs du projet, la technique de production des asticots est simple, et facilement reproductible par les éleveurs.

 

                                                                                          Anhitaga Nathanaël Kalguié

 

 

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé