Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

SOCIETE

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé un séminaire de formation au profit des journalistes les mercredi 19 et jeudi 20 juin 2019 à Ouagadougou. Les thèmes abordés lors de ce séminaire sont l’initiation à la pratique des sondages et la pratique de l’interview. 

Plusieurs activités sont menées par le CGD au Burkina Faso. Nous avons, entre autres,  des conférences, des panels-débats, des séminaires de formation, etc. Cette fois-ci, c’est le réseau des journalistes du CGD qui a bénéficie d’un séminaire de formation. Le réseau des journalistes du CGD est un cadre informel regroupant les hommes de médias, créé pour discuter des questions liées à la bonne gouvernance. Et ce sont les journalistes qui proposent les thèmes des formations. Chaque année, les membres de ce réseau bénéficient de 4 formations à raison de 2 formations par semestre. 

Pour cette fois, les deux formations du premier semestre ont été jumelées. Le premier thème « Initiation à la pratique des sondages » a été animé par Issoufou Nana, expert statisticien économiste, et le deuxième thème « La pratique de l’interview » a été animé par le Pr Serge Théophile Balima, Enseignant chercheur. 

Les sous-points du premier thème sont les méthodes de sondage, l’opinion publique et les sondages et un cas pratique (initiation au logiciel Sphinx) pour terminer. Issoufou Nana est revenu sur des clarifications conceptuelles et a ensuite démontré que les statistiques s’appliquaient à presque tous les domaines de la vie. La trentaine de journalistes présents à cette première journée ont été ébahi par la manipulation du logiciel Sphinx. Eux qui en entendaient parler sans avoir la possibilité de l’essayer ; c’est chose faite désormais. Ils peuvent se vanter dorénavant de savoir comment rédiger un questionnaire sur sphinx, comment faire la mise en page d’un questionnaire, comment collecter les données, comment traiter les données d’une enquête sur le logiciel, faire un tableau croisé des résultats, etc. Ce sont autant de fonctionnalités que les journalistes ont appris à utiliser. Ce logiciel va les aider dans la pratique de leur métier, arguent-ils.

Le mercredi 20 juin 2019, rendez-vous est de nouveau donné aux journalistes au siège du CGD, mais cette fois-ci pour aborder « la pratique de l’interview ». Le Pr Serge Théophile Balima, devant ses « étudiants » a su éclairer les zones d’ombres qui existaient sur la pratique de ce genre journalistique. Il est revenu sur des aspects tels la définition de l’interview, les différents types d’interview et leurs caractéristiques, les erreurs à éviter lors de la pratique de ce genre journalistique, etc. Les journalistes se sont prêtés au principe du jeu. Intéressés par le sujet et profitant de la présence du Pr Balima, ils n’ont pas hésité à lui poser toutes sortes de questions pouvant les aider à améliorer leur pratique de l’interview. 

Pour Jean-Pierre Sawadogo, journaliste à Bendré : « cette formation permet à nous autres qui sommes journalistes qui évoluons sur le terrain, de nous rappeler de certains éléments que nous avons appris à l’école. Parce que lorsqu’on est sur le terrain, on oublie souvent certaines règles du métier. Et lorsqu’on a des formations de renforcement de capacités on se rappelle que les règles sont faites pour être respectées et lorsqu’on respecte ces règles on est plus pointu dans ce que nous faisons comme travail journalistique. Donc il y a une plus-value pour cette formation parce qu’elle nous permet encore d’aller aborder d’autres manières de traiter nos articles pour le plus grand bien de notre public ».

Moussa Traoré, chargé de programme de la radio campus ne dit pas le contraire. Il ajoute que : « Par rapport à cette formation j’ai vu que nous avons parlé  d’un logiciel qui est un élément très important qui va nous permettre en tant que journalistes de nous essayer à la statistique ». 

Pour sûr, les journalistes repartent avec un bagage qu’ils appliqueront dans la pratique de leur métier.