Aujourd'hui,
URGENT
Israël: Benny Gantz chargé de former une coalition gouvernementale
Justice: l'audience sur les intérêts civils du procès du coup d'Etat manqué de septembre 2015 ouverte ce 22 octobre renvoyée au 29 octobre
Burkina: la police alerte sur une «nouvelle forme d’arnaque à l’emploi»
Turquie: plusieurs maires pro-kurdes arrêtés pour «terrorisme»
Kongoussi: neuf civils tués à Zoura (AIB)
France: les juges antiterroristes ont terminé leur enquête sur le 13-novembre
Football: les Étalons locaux sont qualifiés pour le CHAN 2020 après leur match nul (0-0) contre le Ghana
Burkina: plus de 800 mille personnes affectées par l'insécurité (gouvernement)
Bobo Dioulasso: 2 morts et 6 blessés dans l’effondrement d’une structure dans une usine
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020

SOCIETE

Alors que les autorités annoncent une enquête administrative et judiciaire pour déterminer la cause de la mort, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019, de 11 personnes en garde à vue au sein de l’unité antidrogue de Ouagadougou, un des syndicats de la police du Burkina Faso, l’Union police nationale (Unapol) explique, dans un communiqué, que les conditions de détention et de commodité du violon pourraient avoir joué un rôle. 

L’Unapol, qui dit s’être entretenu avec des détenus ayant survécu, avec les responsables de l’Unité antidrogue et les policiers de garde la nuit du drame, assure que «les conditions de détention et de commodité du violon (notamment d’hygiène, d’exiguïté du violon, d’aération dans le violon, d’absence de toilettes…) ont été jugées très délétères par les gardés à vue et susceptibles de causer le décès de leurs codétenus». 

Des «déviances comportementales» des occupants du violon auraient également été observées au cours de la nuit. 

Par contre, l’Unapol dit ne pas avoir constaté de bavure. 

Pour leur part, nos confrères de Libreinfo.net affirment que l’une des raisons de ces décès pourrait être le nombre élevé de détenus -au moins une trentaine- dans la cellule. 

Les sources du site d’informations affirment que les détenus auraient suffoqué longtemps. Certains d’entre eux auraient tenté d’alerter la garde, mais ils n’auraient pas été pris au sérieux.

Le syndicat saisit l’occasion pour demander au gouvernement d’améliorer les conditions de détention dans les services de police en réfectionnant ou en construisant des salles de garde à vue et en dotant la police de moyens pour la prise en charge des détenus.    

Tandis que le Premier ministre annonce que «des instructions fermes ont été données pour élucider cette tragédie inacceptable et administrer des sanctions», le syndicat des policiers, lui, presse l’exécutif «de ne pas prendre de décisions hâtives, ni s'ingérer dans la procédure en cours.»

Précisons que le commissaire de l’Unité antidrogue, Richard Bélem, a été relevé de ses fonctions à titre conservatoire, sur décision de la direction générale de la police du Burkina Faso. 

 

 

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé