Aujourd'hui,
URGENT
Royaume-Uni: 39 corps retrouvés dans un camion dans l'Essex
Tunisie: Kaïs Saïed investi président de la République
Israël: Benny Gantz chargé de former une coalition gouvernementale
Justice: l'audience sur les intérêts civils du procès du coup d'Etat manqué de septembre 2015 ouverte ce 22 octobre renvoyée au 29 octobre
Burkina: la police alerte sur une «nouvelle forme d’arnaque à l’emploi»
Turquie: plusieurs maires pro-kurdes arrêtés pour «terrorisme»
Kongoussi: neuf civils tués à Zoura (AIB)
France: les juges antiterroristes ont terminé leur enquête sur le 13-novembre
Football: les Étalons locaux sont qualifiés pour le CHAN 2020 après leur match nul (0-0) contre le Ghana
Burkina: plus de 800 mille personnes affectées par l'insécurité (gouvernement)

SOCIETE

L'Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) et d’autres organisations de la société civile organisent les 11 et 12 octobre 2019 à Ouagadougou la 4e  édition des journées anti-impérialistes sous le thème : «Impérialisme et terrorisme en Afrique: causes et perspectives pour les peuples en lutte pour leur libération nationale et sociale ». La manifestation vise à renforcer la solidarité internationale entre les peuples d'Afrique en lutte pour leur libération nationale et sociale. Le comité d'organisation était face à la presse ce mercredi 2 octobre 2019 à Ouagadougou.

Selon le président de cette Organisation, Gabin Korbéogo, le choix de ce thème se justifie par l'actualité internationale, africaine et nationale marquée par une crise sociopolitique, économique et surtout sécuritaire. A l'entendre, depuis les années 1980, d'anciennes rivalités entre les puissances impérialistes n'en finissent pas, au contraire elles s'exacerbent d'où les conflits à travers le monde notamment en Asie et en Afrique. Pour lui, la principale source de ces tensions guerrières est l'approfondissement de la crise du système capitaliste qui engendre des tensions et oppose les différentes puissances impérialistes, les monopoles et les nouveaux candidats au monopole que sont la Chine, l'Inde, le Brésil et la Turquie, entre autres. La multiplication des accords de coopération économique et militaire ne sont que des pistes pour le partage de territoires d'influence, à en croire le conférencier. « Pour le partage de territoires d'influence et leur repositionnement géostratégique, les puissances impérialistes multiplient les accords de coopération économique et militaire, signés de façon clandestine ou lors des sommets » avance M. Korbéogo.

Il soutient par ailleurs que le terrorisme au Sahel est une continuation de cette politique impérialiste. Il faut donc indique M. Korbéogo, une meilleure compréhension du développement du phénomène au Burkina. « Nous pensons qu'une meilleure compréhension du développement du terrorisme au Burkina Faso doit également prendre en compte le contexte géostratégique, la situation socio-économique ainsi que les contradictions internes entre les différentes forces politiques pour le contrôle de l'appareil d'Etat », préconise-t-il. Et, c'est cet aspect (Ndlr : le contexte géostratégique, sociopolitique ainsi que les contradictions internes entre les différentes forces politiques) qui sera abordé au cours de ces journées anti-impérialistes.

Aussi, l'implantation de bases militaires étrangères notamment américaines et françaises au Burkina a également été abordée. Pour le président de l'ODJ, ces présences ne visent rien d'autre que la convoitise des richesses minières et stratégiques du Burkina que sont l'or, l'uranium et le pétrole et attisent les rivalités entre les puissances économiques. Ce qui explique, selon lui, leur incapacité à faire reculer les attaques terroristes. 

A travers une marche-meeting qui se tiendra le samedi 12 octobre, un concours de créativité artistique sur le thème de la présente édition, un concert et un panel, ces journées anti-impérialistes vont se dérouler le vendredi 11 et le samedi 12 octobre prochain à Ouagadougou et vont permettre de renforcer la solidarité entre les peuples d'Afrique en lutte pour leur libération nationale et sociale.

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé