Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Le président de «Urgences panafricanistes», Kemi Séba a été condamné ce jeudi 26 décembre 2019 à deux mois de prison et à une amende de 200 000 F CFA, le tout assorti du sursis à l’issue du jugement en comparution immédiate devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou. 

Celui qui se présente comme «résistant africain au 21e siècle» a été placé en garde à vue samedi pour propos outrageants à l'encontre du président», tenus lors d’une conférence publique à Ouagadougou. 

L’activiste a eu l’occasion de s’expliquer devant la justice burkinabè.   A l’issue des débats, le parquet a requis un an de prison et une amende de deux millions de francs CFA, le tout assorti de sursis. Mais Kemi Séba a été condamné à deux mois de prison et à une amende de 200 000 F CFA, le tout assorti du sursis. 

«On m’a condamné à deux mois avec sursis qui sont en réalité deux mois symboliques parce que même les juges savent que j’ai raison. Nous allons continuer le combat. Je constate que quand Macron donne des ordres, personne ne bronche mais quand la jeunesse africaine demande à nos parents de prendre leurs responsabilités, il est plus facile d’attaquer cette jeunesse que d’attaquer l’oligarchie française. Je remercie mon avocat qui a fait son devoir avec dignité», a-t-il réagit devant nos confrères de lefaso.net.