Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

SOCIETE

Dans la nuit du 15 au 16 septembre 2020, des hommes armés ont fait irruption dans le commune de Tansarga, province de la Tapoa, région de l’Est, pour incendier les seuls symboles de l’Etat qui restaient: la mairie, le lycée départemental et la préfecture et la circonscription d’éducation de base, rapporte le site gulmu.info.

«Cela fait près d’un an que nous sommes assiégés. Mais jusqu’à ce que ce qui est arrivé cette nuit arrive, il manque de présence militaire dans notre commune. Et pourtant, il y’a des centaines de soldats qui gardent la mine», témoigne un des habitants joint par le site d’informations. 

Les hommes armés ont pénétré Tansarga à pied, assure de son côté l'Agence d'informations du Burkina (AIB). 

«A croire donc qu’ils ont garé leurs moyens de déplacement dans les périphéries de la ville. C’est lorsque des coups de feu, assimilables à des tirs de sommation, retentissaient à la mairie que les populations se sont rendues compte de l’incursion de la bande armée. Une situation qui laisse planer l’incertitude sur la rentrée scolaire 2020-2021 dans la localité. D’autant plus que le lycée départemental était l’une des rares infrastructures scolaires fonctionnelles, à ce jour, dans toute la commune de Tansarga», ajoute l'AIB. 

La commune de Tansarga fait frontière avec le parc d’Arly et la commune de Partiaga où se trouve la mine de Semafo Boungou.

«Depuis que les terroristes ont brûlé les campements de chasse et occupé la forêt du parc W et de celui d’Arly, les communes de Tansarga, Logobou, Partiaga, Botou et Kantchari font l’objet d’attaques d’hommes armés. Plus d’une dizaine d’écoles sont partis en fumée durant le mois d’août», comptabilise gulmu.info.