Aujourd'hui,

Image d'illustration

POLITIQUE

Dans ce communiqué de presse, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a exprimé sa solidarité avec la communauté enseignante burkinabè dont des membres ont été agressés à plusieurs reprises par des parents d’élève. Pour le parti au pouvoir, « le bon sens voudrait que les parents échangent courtoisement et avec respect et considération   avec les enseignants plutôt que de se livrer à de pitoyables et déshonorants spectacles devant les enfants ».

C’est avec amertume que le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) réprouve les agressions dont certains enseignants ont été les victimes récemment à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou. Trop c’est trop.

Le MPP exprime sa solidarité avec la communauté enseignante burkinabè, en particulier les enseignants agressés et salue leur démarche qui consiste à saisir les voies légales notamment la justice pour se faire entendre.

Dégradant, intolérable et inacceptable !

Le MPP désapprouve énergiquement les agissements de certains parents d’élèves qui n’hésitent pas à enfiler leurs costumes de justicier pour voler au secours de leur progéniture quelle que ce soit la raison invoquée. C’est dégradant pour les enseignants et par voie de conséquence, inacceptable et  intolérable.

Le bon sens voudrait que les parents échangent  courtoisement et avec respect et considération   avec les enseignants plutôt que de se livrer à de pitoyables et déshonorants spectacles devant les enfants. Nous aimons tous les enfants, cependant, ne prenons pas systématiquement, publiquement et maladroitement, fait et cause pour eux, devant leurs encadreurs. Il y va de la dignité des enseignants (en tant que parents d’élèves aussi et humains ensuite), du reflet négatif de l’image des agresseurs sur les autres élèves de l’école, de la qualité et de l’autorité de l’enseignant qui sont, publiquement, hélas, bafouées par les parents d’élèves indélicats devant témoins.

De notre point de vue, l’agression d’un enseignant  par un parent d’élèves, pour quel que motif ce soit, cause des torts en définitive à leurs enfants pour la suite de l’année scolaire. L’enseignant humilié n’aura plus l’âme à interroger et à encadrer, avec les soins requis, celui par qui, il a subi les foudres des parents. Même si les enfants changent d’école, la réputation d’agresseur de leurs parents va leur coller à la peau et susciter la méfiance des autres enseignants, qui, à leur tour, les placeront en quarantaine.

La violence et l’usage de la force bestiale ne résolvent jamais les conflits. Pire, ils les exacerbent. Seul le dialogue et la discussion civilisée peuvent amener les hommes à se comprendre et à se retrouver sur un problème donné. C’est cette voie que nous devrions privilégier dans nos actes au quotidien.

A cet effet, le MPP invite l’APE (Association des parents d’élèves) à prendre ses responsabilités face à ces cas d’agression qui deviennent récurrents. Il exhorte les enseignants à saisir la justice pour les voies de faits dont ils seraient l’objet.

Civisme et responsabilité

Le MPP appelle les parents d’élèves au civisme et à la responsabilité. Quelle éducation, voulons-nous donner à nos enfants, par ces comportements bestiaux d’un autre âge ? Les enfants doivent être des traits d’union, plutôt que désunion, entre les Hommes et entre les parents d’élèves et les enseignants.

L’enfant, c’est le trésor de la société et tout le monde concourt à son éducation, son épanouissement, à sa croissance et à son bien-être. C’est une tâche, pour laquelle, nous devons, absolument, jouer collectif pour parvenir à nos fins. Pour ce faire, les encadreurs (enseignants et parents d’élèves) ne devraient pas se jeter la pierre. Ils devraient plutôt se concerter, en permanence, pour sortir, au bout du compte, un produit fini et poli à la satisfaction de tous les Burkinabè.

L’enfant est un bien commun et son éducation des enfants incombe à tout le monde. Ne nous trompons pas d’objectif.

 

DEMOCRATIE – EGALITE -  PROGRES

Lassané Savadogo

Secrétaire exécutif national du MPP

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé