Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

SPORT

Il n'y a plus de balbutiements. La Fédération internationale de football associé (FIFA) a confirmé le 14 septembre 2017 que le match Afrique du Sud contre le Sénégal sera rejoué en novembre 2017.


On se rappelle que Danny Jordan, le président de la Fédération sud -africaine de football (Safa) avait publié un communiqué menaçant de porter plainte contre la FIFA le 11 septembre dernier, avant de se ramollir deux jours plus tard en publiant un autre communiqué indiquant qu’elle (la Safa) respectera la directive de la FIFA de rejouer le match contre le Sénégal.

La Fédération burkinabè de fottball (FBF) avait elle également, sommé la FIFA d'annuler sa décision «illégale et entachée d'excès de pouvoirs». Dans son communiqué publié le 9 septembre dernier, la FBF, rouge de colère, accusait la FIFA de transgresser ses lois. Après les dégaines et malgré les poussées de sève, l’instance mondiale du football a maintenu sa décision de faire rejouer ce match courant novembre après que le Burkina ait joué tous ses matchs éliminatoires.

Cette reprogrammation permet ainsi à l'Afrique du Sud de se voir verser la somme de 208 millions de francs CFA de la part de la FIFA. C'est ce qu'explique Denis Mumbe , membre du comité exécutif de la Fédération Sud-africaine de football : «La Fifa s’est rendue compte que nous n’avons pas fauté dans cette affaire et les dépenses effectuées lors du match du 12 novembre 2016 constituent une perte pour nous. Raison pour laquelle elle accepte de payer la somme de 5 millions de rands, soit près de 208 millions de francs CFA qui implique la location du stade, le transport de notre équipe, le regroupement, l’hébergement de l’équipe du Sénégal. Il y a aussi les primes de match étant donné qu’on ne peut pas demander aux joueurs de rembourser l’argent déjà encaissé.»


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé