Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie

SPORT

Les ressortissants du village de Tangsèbla à Ouagadougou, ont organisé à Tangsèbla dans le département de Dissin, une compétition de maracana inter-villages, à l’occasion de la fête de l’Assomption 2018. A l’occasion de cette fête célébrée chaque 15 août, la finale de cette compétition a été remportée par Tangsèbla, village organisateur.


Pour cette première édition, c’est l’équipe du village de Tangsèbla qui a remporté la coupe face à celle de Goira par 2 buts à 0. Elle a reçu des mains du parrain, un trophée, un jeu de maillot, deux ballons, et une somme de 15.000 FCFA. Goira, l’équipe classée deuxième de cette compétition, est repartie avec un jeu de maillot, un ballon, 10.000 FCFA. Quant au village de Nakar, qui a occupé la troisième place, il a reçu un ballon et la somme de  5.000 FCFA.

Par ailleurs, c’est l’équipe du village de Namblétéo qui a été désignée équipe fair-play de ce tournoi. Toutes les équipes qui ont pris part à cette compétition ont reçu chacune un ballon et des prix spéciaux. Selon Richard Poda, coordonnateur des ressortissants de Tangsèbla à Ouagadougou, l’utilité de cette activité réside dans le fait que les deux années précédentes, ils avaient procédé à des reboisements qui n’ont pas connu de succès. «C’est ainsi que cette année, nous avons opté pour le sport et en particulier une compétition de maracana avec des poteaux moyens», s’est-il justifié.

C’est donc avec joie et beaucoup d’émotions que Marou Zoungrana, coordonnateur du Programme de renforcement de la formation d’insertion professionnelle au ministère de la Jeunesse a parrainé cette activité qui s’est bien déroulée, selon lui. «Étant donné que c’est une activité qui promeut la jeunesse et le développement dans la localité, ce sont aussi des questions qui intéressent le ministère en charge de la Jeunesse. Du coup cette question intéresse aussi notre programme. Raison pour laquelle nous avons accepté de parrainer  et nous encourageons ce genre d’activité» a souligné M. Zoungrana. Il estime aussi que ce tournoi en permet de rassembler toutes les couches de la population pour la cohésion sociale: «une chose qui est importante pour le développement de la localité». Pour cette première édition, le parrain dit être agréablement surpris du côté organisationnel. «L’activité a été bien organisée pour une première édition. Ailleurs, on aurait constaté de l’amateurisme. Dans tous les secteurs, les organisateurs ont été à la hauteur» s’est-il réjoui.

Afin de pérenniser ce genre d’activité, aux dires du parrain, il faut d’abord chercher beaucoup de partenariat avec d’autres structures et mobiliser davantage des personnes autour. Pour lui, c’est l’un des éléments clé. Aussi, ajoute M. Zoungrana, il faut davantage mobiliser la jeunesse pas seulement au niveau du village mais aussi de tous les ressortissants du village qui se trouvent dans les différentes villes du pays et à l’extérieur du pays. A l’entendre, il faut les mobiliser et les sensibiliser pour leur faire le point de cette première édition et demander leur contribution pour les éditions à venir car, «c’est une cause noble qui promeut la cohésion sociale».

Pour les éditions prochaines, les organisateurs appellent les bonnes volontés à leur venir en aide car, ils comptent maintenir cette activité en ajoutant du cyclisme féminin.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé