Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

La présidente de l'Union nationale des femmes de l'UPC

Ceci est un message de l’Union nationale des femmes de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) à l’occasion de la célébration ce 8 mars 2019 de la 162e journée internationale de la femme par le Burkina Faso.

En cette journée mémorable du 8 mars, retenue pour célébrer la Femme, et surtout pour réfléchir sur ses droits, mes pensées vont d’abord à toutes celles que j’appelle dans mon travail pictural les AMAZONES de L’OMBRE, et qui ne sont plus de ce monde. Leurs contributions multiformes, émanant de personnalités connues ou d’illustres anonymes, ont innervé les luttes ayant conduit au choix de cette date historique, qui revêt une très profonde signification. 

Dans cette tribune,  l’Union pour le progrès et le changement (UPC) jette un regard critique sur la politique environnementale du gouvernement burkinabè. Il interpelle par conséquent le Premier ministre à prendre en compte les préoccupations du secteur environnemental. 

Avec cette tribune, Dr Ablassé Ouédraogo, président de Le Faso Autrement (opposition), dit sa crainte de voir le Burkina Faso assurer la présidence du G5 Sahel. 

Ceci est une analyse du syndicaliste Bassolma Bazié sur le drame intervenu le jour de l’an à Yirgou (Barsalogho) qui a fait officiellement  48 morts. Pour lui, « un Etat-Nation se construit dans la vérité, le courage, et l’exemplarité ! » et il invite par conséquent à stopper l’hypocrisie politico-institutionnelle.

Abdoul Karim Saidou, enseignant-chercheur, à I'Université Ouaga 2 et Chargé de Programme à Institut général garango- s'interroge sur les avantages et les inconvenoents de l'état d'urgence décrété ce 31 décembre par le conseil extraordinaire des ministres dans certaines provinces du pays. 

Image d'illustration

Ceci est une tribune de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) sur la réforme des rémunérations des agents publics qu’entend mettre en œuvre le gouvernement. Le principal parti d’opposition estime que « le peuple burkinabè devrait rester vigilant et éviter d’être pris au piège de l’illusion monétaire que concocte le régime MPP, surtout en cette année 2019 à la veille des élections ».

©aOuaga

Dans cette tribune, Alfred Kaboré, ancien ministre des Affaires étrangères  du Burkina de février 1976 à janvier 1977 plaide pour l’acquittement du Général Gilbert Diendéré, cerveau présumé du putsch manqué de septembre 2015, dont l’interrogatoire se déroule actuellement à la barre du tribunal militaire de Ouagadougou. 

©www.un.org

Le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA) dresse dans cette déclaration publique, le bilan, 70ans après la proclamation de la déclaration universelle des droits de l’homme. « Au-delà des proclamations, œuvrons à l’effectivité des droits humains, 70 ans après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme » estime le centre.

Dans cette tribune, Philippe Le Houérou Général d’IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale apporte sa lecture sur la situation de l’entreprenariat en Afrique et comment faire pour faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs sur le continent.

Ceci est un communiqué de presse de l’Observatoire africain pour la promotion de la Bonne gouvernance dont le siège se trouve à Abidjan en Cote d’Ivoire. Dans le cadre de la 2e édition de sa cérémonie de récompense des meilleurs acteurs ouest africain,  le jury 2018 a décidé de distinguer deux Burkinabè à savoir la société Ebomaf de l’homme d’affaire Mahamadou Bonkoungou et Salfo Soré dit Jah Press, promoteur des Kundé.

Dans cette tribune, le député Moussa Zerbo plaide pour la mise à disposition de la commune de Bobo Dioulasso d’une grue de tractation. Cela dans l’optique de débloquer le trafic en cas d’accident à l’intérieur ou à l’une des entrées de la capitale économique burkinabè.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé