Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

Il paraît que le Ghana est en émoi. Et pour cause, Maxwell Adam Mahama, a été lynché puis brûlé partiellement par une foule en furie dans le village de Denkyira-Obuasi. Sorti de bonne heure pour une séance de jogging, le capitaine de l’armée ghanéenne, marié et père de deux enfants aurait été - à la vue de son arme dissimulée sous sa tenue civile- pris pour un voleur. Et le drame est vite arrivé.

Harouna Dicko, poil à gratter des institutions, s’était fait une réputation en attaquant la configuration des démembrements Ceni devant le Conseil constitutionnel qui lui avait donné raison, provoquant du même coup le report des municipales de 2006. Dans cette tribune, le candidat recalé à la présidentielle de 2010 se questionne sur les exceptions d’inconstitutionnalité soulevées par les avocats de la défense dans le procès des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré.

Notre lecteur s’interroge, dans les lignes qui suivent, sur la manière dont l’opérateur économique Inoussa Kanazoé a été interpellé le mercredi 19 avril dernier par les forces de l’ordre. Il estime que l’opération menée par les forces de l’ordre ressemble plutôt à une action d’humiliation et de destruction qu’à une simple mesure conservatoire.

Ceci est un article d’opinion du Président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim sur la transformation économique de l’Afrique. Cette semaine, le Président  visitera  la  Tanzanie et le Rwanda afin de mieux comprendre les succès de ces deux pays et de tirer des leçons de leurs innovations.

Le Cardinal Philippe Ouédraogo

Du 24 février au 22 mars 2017, les évêques allemands ont invité la conférence épiscopale Burkina-Niger à prendre part à la campagne de carême 2017 organisée par Misereor en république germanique pour soutenir le Burkina Faso. Son Éminence, le cardinal Philippe OUEDRAOGO et Monseigneur Justin KIENTEGA, ont été délégués pour honorer l’invitation. Le 09 mars dernier, l’Archevêque de Ouagadougou et l’évêque de Ouahigouya ont livré un message percutant aux évêques allemands pour susciter et encourager leur générosité au bénéfice du Burkina Faso. Nous vous proposons l’intégralité du message.

Les élites politiques et intellectuelles du burkinabè semblent toujours avoir la mémoire courte. Même en se référant continuellement, dans leurs discours, à l’insurrection d’octobre 2014, beaucoup parmi eux ont, dans leurs actes et attitudes, montré la preuve de leur profonde ignorance des motivations réelles qui ont mis le peuple dehors à cette époque.

Membre de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal et doyen honoraire de la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, le professeur Moustapha Kassé livre ici ses réflexions sur le franc CFA.

Ce jour, les chefs d'État africains ont adopté la Déclaration d'Addis-Abeba sur la vaccination, encore appelée « Déclaration ministérielle sur l'accès universel à la vaccination ». Il s'agit d'un engagement historique et opportun visant à faire en sorte que chaque personne en Afrique, qui qu'elle soit et d’où qu'elle vienne, tire pleinement profit des avantages liés à la vaccination. Cette déclaration a été adoptée à l'occasion du 28e Sommet de l'Union africaine qui s’est tenu à Addis-Abeba, en Éthiopie.

 

Abdoul Karim Saidou est docteur en science politique et assistant à l’Université Ouaga 2 au Burkina Faso. Il est chercheur associé au Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP) est un centre de recherche indépendant fondé à Bruxelles en 1979. Dans cette analyse, il se penche  les enjeux de la réforme de l’armée au Burkina Faso, deux ans après la fin du régime de Blaise Compaoré.

«La fin d’une année constitue une occasion pour marquer une halte afin d’observer le chemin parcouru mais aussi et surtout pour mieux se positionner dans l’avenir.

Le Balai Citoyen s’indigne, dans cette déclaration, de l’allocation de un million de FCFA à chaque député «pour les aider à rendre compte des travaux parlementaires à leur base», selon les explications de l’Assemblée nationale. Pour cette organisation de la société civile, il s’agit  d’une perpétuation d’un  régime de privilèges égoïstes.

Le PNDES a un coût de mise en œuvre estimé à 15.395,4 milliards de francs Cfa dont 63,8%, soient 9.825 milliards de francs Cfa doivent être financés en interne sur les ressources propres du Burkina Faso  et 36,2% soient un montant de 5.570 milliards de francs Cfa financés  par les partenaires et investisseurs étrangers.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé