Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

TRIBUNE

Pour le statisticien et expert en sondage d'opinions Honko Roger Judicaël  Bemahoun, c’est le mauvais échantillonnage qui  explique la piètre prestation des étudiants après le discours  du président français  Emmanuel Macron à l’université Ouaga 1 professeur Joseph Ki-Zerbo.  Il s’en explique.

"Le président français Emmanuel Macron a récemment effectué  une visite officielle au Burkina Faso au cours de laquelle, il a prononcé un discours à l’université Ouaga 1 professeur Ki-Zerbo, au terme de son allocution, des étudiants lui  posé des questions. Une certaine opinion, notamment sur les réseaux sociaux, a jugé piètre la prestation des étudiants. 

Un  adage populaire dit que c’est un seul âne qui a léché la farine et cela a déteint le museau des autres azins.
Evidemment, cette  mauvaise sortie va porter un coup sur l’image du monde universitaire et, partant, au système éducatif national. Pourtant, une sélection  aléatoire aurait permis de choisir la bonne graine de l’ivraie.

Le choix aléatoire n’étant un choix au hasard et garantit  le fait que la probabilité de choix de chaque étudiant soit  non nulle, ce qui n’était pas le cas, car il se dit que les organisateurs auraient identifié ceux qui devaient poser les questions au président Macron.

Aussi, il faut noter  que,  pendant que le  discours se  prononçait,  certains étudiants qui manifestaient sur l’avenue  Charles De gaulle, étaient interdits d’accès sur le campus.

A l’avenir,  nous proposons que le tirage (choix) des étudiants se fasse selon un plan de sondage stratifié, c’est à dire que l’on donne la même chance à chaque étudiant dans chaque Unité de formation et de recherche (UFR), le nombre d’étudiants par UFR étant fait au prorata du nombre d’étudiants.

Les étudiants retenus pourraient par la suite être convoqués par les services de la scolarité «pour affaire les concernant». Cette approche dont l’implémentation est facile, a l’avantage  de ne pas détériorer le climat social  que l’on a constaté. Il fallait simplement y penser, la SCIENCE règle beaucoup de questions apparemment complexes. LE BIAIS de sélection a été fatal, nous y croyons."

Ouagadougou, le 30 novembre 2017

BEMAHOUN Honko Roger Judicaël 
Statisticien/Expert en sondage d'opinions
Licence de Mathématiques de l’université de Ouagadougou
Master en économie publique et statistique appliquée de l’Institut de recherche empirique en économie politique ((www.ireep.org)°
Doctorant en économie à  African SCHOOL of economics(http://www.africanschoolofeconomics.com/)
Analyste politique
Directeur fondateur de l’institut panafricain d’études de recherches et de sondages d’opinions (http://iperso.org/)
Président de l’association Audace Libre Afrique  Burkina Faso (http://www.libreafrique.org/)
Skype : jeunehonko
WhatsApp : +226 74566734
Email : honkoroger@gmail. Com
Facebook : Bemahoun Honko Roger Judicaël

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé