Aujourd'hui,
URGENT
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D
Burkina: Le Syndicat des travailleurs de la Santé humaine et animale annonce une grève d’avertissement de 24 heures le 31 janvier
Politique: Le groupe parlementaire du CDP  a promis revenir sur le code électoral de 2015 qui a exclu leur président Eddie Komboigo
Liberia: la présidente sortante, Ellen Sirleaf exclue pour avoir «violé la Constitution du parti» (RFI)
Djibo: les populations ont marché pour exiger la libération du Dr Ken Elliot enlevé il y a deux ans de cela 
Burkina: La direction des impôts devra mobiliser la somme de 918 milliards de F CFA au profit du budget de l'Etat
Burkina: 200 individus interpellés, 33 toujours détenus à l'issue d'opérations militaires anti-terroristes menées au nord (Armée)  
Politique: le CDP souhaite un retour «sans arrangement souterrain» de Blaise Compaoré ( Achille Tapsoba)
Burkina: Le 7e congrès ordinaire du CDP se tiendra au cours de l'année 2018 (directoire) 
Burkina: Le pool bancaire international accorde un prêt de plus de 42 milliards de FCFA à la Sofitex pour la saison cotonnière 2017-2018

TRIBUNE

Le Caucus des cadres pour le changement (3C)  donne sa lecture suite à l’actualité politique de ces dernières semaines marquée par la visite du Président français Emmanuel MACRON, la sortie du Premier Ministre sur le bilan des deux années passées à la tête du gouvernement, et celle du Président de l’Assemblée nationale réagissant aux résultats de l’enquête parlementaire sur l’éducation au Burkina Faso.

1. De la visite de MACRON
La décision du Président Français Emmanuel MACRON de retenir le Burkina Faso pour s’adresser à toute l’Afrique n’était pas fortuite. Celle de rendre visite aux étudiants de l’Université Ouaga 1 Pr. Joseph KI-ZERBO l’est moins.

En effet, le Burkina Faso a connu une insurrection populaire en octobre 2014, qui traduisait l’aspiration profonde du peuple et de sa jeunesse à un changement profond en matière de démocratie et de bonne gouvernance. Même si de nombreuses frustrations demeurent parce que ces attentes n’ont toujours pas été comblées, le Burkina Faso restait néanmoins un pays indiqué pour le Président Français du fait de la graine du changement semée par l’insurrection populaire.

L’université étant un temple du savoir, et qui forme l’élite du pays, son choix par le Président Français se justifiait aussi aisément.  En y allant, Emmanuel MACRON voulait, au-delà de la jeunesse estudiantine du Burkina Faso, s’adresser plus largement à la jeunesse africaine.

Cette visite qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive a suscité d’énormes attentes de part et d’autres : Emmanuel MACRON voulant toucher du doigt les réalités de la jeunesse africaine et cette dernière voulant se saisir de cette occasion pour exprimer ses préoccupations auprès de la France, tantôt perçue comme un partenaire incontournable, tantôt comme une force d’oppression ou « impérialiste ».
Notre lecture de la situation a posteriori nous permet de dire que  nos attentes et celles de la jeunesse africaine n’ont pas été satisfaites.

Quelles sont les raisons qui justifient ce raté de la prestation des intervenants, prestation qui n’honore pas la jeunesse africaine ? À quels niveaux peut-on situer les responsabilités liées à cet échec ?

Sur le plan organisationnel, il y a beaucoup de choses à redire : la qualité des acteurs présents dans la salle, pour une telle rencontre, ne se justifiait pas ; la non-conciliation des positions entre le gouvernement et les organisations estudiantines comme l’ANEB et bien d’autres ; la récupération politique  d’une activité qui se voulait nationale, voire internationale.

La présence de tout le Gouvernement, des Présidents d’institutions, des élus, des militants non étudiants du parti au pouvoir se  justifiait-elle ? Nous pensons que leur présence a laissé peu de places aux principaux acteurs concernés, à savoir les étudiants (seulement 80 dans l’amphithéâtre).

La faible qualité des interventions des étudiants, s’ils étaient tous étudiants,  pose la question cruciale de la performance de notre système éducatif. Les conclusions de la récente enquête parlementaire sur notre système éducatif sont assez préoccupantes. Le Gouvernement devrait se résoudre à régler les problèmes objectifs posés par les organisations syndicales des enseignants, les étudiants et les élèves au lieu de chercher continuellement à les discréditer.

Les tensions entre les associations estudiantines et le Gouvernement autour de cette activité n’étaient guère de bons signaux pour sa réussite. Fallait-il, pour une telle activité aux objectifs bien précis, accuser les étudiants de tentative de ternir l’image du pays, de tentative de sabotage de la visite de MACRON ?

Aussi le Président du Faso s’est, lui-même, déporté à l’université pour superviser, en personne, les travaux de réfection de l’amphithéâtre, dans la perspective de la rencontre à venir.  Il n’y avait jamais mis les pieds depuis son élection, traduisant clairement un intérêt certain pour la visite du Président français plutôt que sa préoccupation pour l’amélioration des conditions d’études et de travail des acteurs du monde universitaire.

Enfin, la communication gouvernementale autour de la question a été une catastrophe, une agression de par le ton, relayée par les médias proches du parti au pouvoir et par certaines OSC qui ont démontré qu’elles s’opposent au principe de la liberté d’opinion. En effet, dans un état de droit, l’on doit accepter qu’il y ait des points de vue divergents. Cette situation traduit bien  un retour de la pensée unique et donc une tentative de confiscation des acquis de l’insurrection.

Pour preuve, les grands moyens ont été déployés pour empêcher les étudiants de s’exprimer et cela s’est traduit par des courses poursuites entre CRS-Police nationale et étudiants. Notre gouvernement et ses alliés sont-ils jusqu’à ce point incapables d’organiser l’expression des libertés démocratiques au Burkina Faso ? Aussi, la décision de fermer, les 27 et 28 novembre, les établissements scolaires pendant que le Président français n’arrivait à Ouagadougou que dans la nuit du lundi 27, ne pouvait pas trouver une justification crédible !

2. Des propos du Premier Ministre Paul Kaba THIÉBA
Le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA, quant à lui, était face à la majorité présidentielle pour dresser son bilan à la tête du gouvernement depuis 2015. Au lieu de cela, nous avons assisté à une attaque ciblée sur les opposants, à telle enseigne que nous nous demandons si le PM a vraiment pris la mesure de sa fonction, avec les responsabilités qui lui incombent ! Au moment où il est question de réconciliation nationale, d’union sacrée des filles et fils de ce pays autour des chantiers de développement et de lutte contre le terrorisme, peut-on se permettre de catégoriser les Burkinabè en « bons » et « mauvais » ? À l’analyse des propos du PM, les « bons» sont les adeptes de la pensée unique, c’est-à-dire le MPP et ses mouvanciers, «  les mauvais » étant les opposants.

En effet, des accusations graves sont portées à l’encontre de l’opposition qui est taxée de soutenir le terrorisme. Ainsi, il va jusqu’à proférer des menaces contre les opposants exilés et autres. « …Si ce n’est pas parce-que nous sommes tolérants, si ce n’est pas parce-que nous sommes des démocrates, je n’ai jamais vu ça. Comment peut-on accepter que des gens comme ça soient à nos frontières, ils continuent à faire le désordre dans le pays et on les laisse faire. Ils sont assis là-bas tranquillement, ils ont leur argent et ils sèment le désordre dans le pays. C’est un problème ! Mais nous, nous ne sommes pas des tueurs, nous ne sommes pas des assassins… ». De telles déclarations constituent une infraction pénale conformément aux dispositions de l’article 348 du Code pénal burkinabè.

Malheureusement nous avons, ici, le gouvernement le plus incompétent depuis l’indépendance du pays en 1960. Ses membres sont de mauvais communicateurs, arrogants et totalement irrespectueux envers le peuple, ce même peuple qui les a portés au pouvoir. Par leurs actes et propos, ils reproduisent exactement les mêmes ingrédients à l’origine des frustrations qui ont conduit à l’insurrection populaire d’octobre 2014. Incapable de sortir le pays du marasme socio-économique dans lequel il se trouve, le PM ne s’occupe que des opposants. Si la critique est souhaitable à tous les niveaux, elle se doit d’être constructive et honnête ; la politique devrait être un art noble par excellence.

Monsieur le Premier Ministre, vous êtes attendus sur des chantiers de priorité évidente comme la santé et l’éducation qui sont malheureusement les secteurs les plus méprisés par votre gouvernement. Si vous pensez que c’est dans le déni perpétuel de l’autre et de ses actions, le fait de jeter le bébé avec l’eau du bain, que vous allez sortir le pays du marasme dans lequel vous l’avez plongé, vous vous trompez. C’est justement cet esprit qui avait conduit à brader les acquis de la révolution démocratique et populaire d’Août 1983. Le PNDES qui fait l’objet de perpétuels bilans d’autosatisfaction de votre part ne saurait être la clé de notre développement. Comment comprendre qu’en situation de marasme économique, on privilégie un plan roulant de développement alors que la logique aurait voulu de commencer par un plan de relance budgétaire  afin de relancer l’économie, rassurer tous les agents économiques, les partenaires, et créer les conditions pour un développement véritable ?

3. Du mépris du Président de l’Assemblée nationale vis-à-vis des étudiants
Le Président de l’Assemblée nationale, quant à lui, reste fidèle à sa ligne d’arrogance. C’est bien lui qui affirmait tout haut, le 25 Octobre 2014 au CENASA, que le MPP avait planifié l’insurrection. Il récidivait dans une autre rubrique, cette fois-ci, se prononçant sur les résultats de l’enquête parlementaire sur l’éducation. Le PAN estimait que les étudiants grévistes étaient manipulés par les partis politiques et les syndicats et, qu’à ce rythme, ils allaient toujours échouer aux différents concours tandis que leurs enfants à eux, les dirigeants au pouvoir, qui étudiaient à l’extérieur seraient assurés de lendemains meilleurs ! Il oublie pourtant qu’il a étudié à l’université de Ouagadougou, en dépit de toutes les grèves de l’époque, et qu’il a tout de même pu  accéder à  un emploi dans ce pays, à moins que cet emploi n’ait été obtenu par des canaux illégaux, toujours perpétués par le régime en place.

Tous les jours, nous subissons l’arrogance et l’humiliation verbale de ces tenants du pouvoir que sont : Simon COMPAORÉ, Émile Pargui PARÉ, Paul Kaba THIÉBA, Rémi DANDJINOU, Bala SAKANDÉ, le Président du Faso Rock Marc Christian KABORE, lui-même, et autres militants et responsables du parti au pouvoir. Le Président Ghanéen disait bien à propos, récemment lors de la visite de Macron dans son pays, que : « les peuples font des efforts et garantissent des progrès, mais  ce sont le plus souvent les  gouvernants qui anéantissent ces efforts ».

D’ailleurs Maitre Bénéwendé SANKARA au cours de débat controverse de la RTB du 07 décembre 2017, commence à se démarquer progressivement du bilan du MPP en tentant de réaffirmer la vision de son parti. Wait and see !

Le Burkina Faso est un pays merveilleux qui a un grand potentiel, une grosse marge de progression sur le chemin de son développement économique et social. Nous osons espérer que les dirigeants actuels ne feront pas la sourde oreille quant aux cris de détresse et d’alarme qui viennent d’un peu partout.  Des correctifs doivent être rapidement apportés, à tous les nouveaux, pour éviter la perte des acquis de l’insurrection populaire et éviter de plonger le pays dans l’abîme.

Pour le Caucus des Cadres pour le Changement,
Issouf OUEDRAOGO

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir