Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Dans l’optique de faire face aux attaques terroristes que connait le Burkina Faso, la jeunesse de l’association «Engagé pour le G5 Sahel» a décidé, à l’instar des chefs d’Etat, de s’impliquer dans la campagne de protection des populations face aux menaces terroristes. Face à la presse le samedi 29 décembre dernier, le bureau de cette nouvelle association a décliné ses objectifs et ses missions.

L’association «Engagé pour le G5 Sahel», au regard de cette situation de «guerre», voudrait selon son président Aboubacar Gansoré, se positionner comme une force citoyenne de conscientisation et de formation des populations.

Pour ce faire, l’association E-G5 Sahel s’est fixée pour objectifs de promouvoir la paix et la sécurité pour un développement durable dans l’espace des pays membres du G5 Sahel notamment le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Aussi d’encourager et accompagner les efforts des pays membres dans la lutte contre le terrorisme et l’islamisme violent par la sensibilisation et l’information. Egalement, créer un cadre de concertation pour les populations et la jeunesse en particulier. 

«Cette campagne que nous entamons est axée sur la mobilisation et l’information des masses et en particulier la jeunesse afin d’optimiser l’initiative prise par nos chefs d’Etat. Ce défi opérationnel ne sera une réussite qu’avec l’implication de toutes les couches sociales et permettre à l’Etat burkinabè d’être plus offensif et efficient dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’islamisme violent» a précisé M. Gansoré.

Et pour mener à bien ces objectifs, l’association va dérouler une série d’activités dans les mois à venir. Il s’agit d’une série de formation des responsables de l’association qui a été prévue dans les semaines à venir afin de renforcer les capacités de tout un chacun sur la prévention de l’extrémisme violent dans l’espace G5 Sahel notamment au Burkina Faso. «Nous avons également en projet de réunir les jeunes leaders des différents pays membres du G5 Sahel à réfléchir sur les voies et moyens pour lutter contre le terrorisme» a fait savoir M. Gansoré en indiquant qu’une série de visites officielles sera faites en direction des autorités coutumières et religieuses et de certains leaders d’opinions en vue d’une plus grande implication dans la lutte.

Pour le président de E-G5 Sahel, la question sécuritaire dans le contexte actuel ne relève exclusivement pas de la seule responsabilité des Forces de défense et de sécurité. A l’entendre, elle implique une participation active de la population dans toute sa composante qui doit faire bloc autour de son armée et de ses services de sécurité dans un élan patriotique. L’association a été portée sur les fonts baptismaux le 11 décembre 2018 et son bureau exécutif compte 15 membres.